Football > Ligue 1

Mercato : Michel Bastos, Loïc Rémy, Mathieu Debuchy, les exilés de Ligue 1, l'équipe-type


Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 03/02/2013 à 14:30 -
Par Eurosport - Le 03/02/2013 à 14:30
Exilés de Ligue 1, l'équipe-typePrès de 50% des départs en L1 cet hiver se sont faits vers l'étranger. Voici l'équipe type des exilés pour mieux saisir ce que l'élite a perdu.
 

La Ligue 1, hors PSG, est le seul marché bénéficiaire des grands championnats européens cet hiver. Il faut dire que la saignée fut impressionnante. En un mois, la L1 a perdu six internationaux (tous ont entre 22 et 28 ans) qui pèsent 66 sélections. L'équipe type des exilés de cet hiver a de l'allure si on excepte le poste de gardien. Cette formation aurait son mot à dire dans le très haut de tableau du championnat hexagonal. Pour chacun d'entre eux, hormis Fernandez, la Ligue 1 était devenue trop petite pour leurs ambitions et leurs comptes en banque. Paris était le seul point de chute possible pour ces joueurs-là. Mais le projet parisien est trop gros pour eux. De fait, l'exil était leur seule option. Deux statistiques donnent un peu plus encore l'ampleur de ces départs massifs. Ces seize joueurs, remplaçants inclus, pèsent 363 buts en Ligue 1 et 131 passes décisives ! Revue des troupes.

GARDIEN :

RAÚL FERNANDEZ (DE NICE A DALLAS, 27 ANS, 21 SELECTIONS)

Autant l'avouer tout de suite, le poste de gardien est le parent pauvre de cette équipe. Parmi la caste des portiers de l'élite, seul Raul Fernandez a plié bagage.  Nice ne devrait pas tellement regretter son troisième gardien qui n'a joué que deux matches en L1 l'an passé. Avec Delle et Ospina, les Aiglons possèdent une doublette efficace dans le but.

DEFENSEURS :

MATHIEU DEBUCHY (DE LILLE A NEWCASTLE, 27 ANS, 13 SELECTIONS)

From Official Website

Le départ de l'international français était prévu pour cet été mais Newcastle n'est pas du genre patient et veut sauver sa peau en Premier League. Les Magpies ont eu de bons arguments (6,5 millions d'euros  en l'occurrence) et comme Debuchy avait la tête ailleurs depuis le début de saison, les dirigeants nordistes n'ont pas hésité bien longtemps.

MAPOU YANGA-MBIWA (MONTPELLIER, 23 ANS, 3 SELECTIONS)

La Ligue 1 perd un nouveau champion de France et la colonne vertébrale de Montpellier ne cesse de se désagréger, incapable de résister à la puissance financière de la Premier Leaue (Giroud à Arsenal l’été dernier). Il ne reste plus que Belhanda, qui a bien failli quitter l'Hérault lui aussi en janvier. Montpellier perd , au beau milieu de la saison, son capitaine et son meilleur joueur. Mais devenu international, Yanga-Mbiwa est devenu trop gros pour rebondir ailleurs qu'en L1, hors PSG. Newcastle lui a ouvert les bras.

DIEGO LUGANO (DU PSG A MALAGA, 32 ANS, 76 SELECTIONS EN EQUIPE D'URUGUAY)

Qu'on le veuille ou non, Diego Lugano demeure le capitaine de la sélection uruguayenne (76 sélections). Il ne s'est pas imposé à Paris où la concurrence l’a relégué dans les tribunes. A 32 ans, il va tenter de se relancer en Liga et à Malaga, un club qui peut supporter ses émoluments conséquents.

MASSADIO HAIDARA (DE NANCY A NEWCASTLE, 20 ANS, 2 SELECTIONS CHEZ LES ESPOIRS)

Haïdara est l'un des plus gros espoirs de la L1 au poste d'arrière gauche. A Nancy, qui a déjà un pied en L2 et de gros soucis financiers, son avenir semblait trouble, Haïdara a pris la tangente. Rare joueur de l'ASNL à avoir une valeur marchande, il n'a pas eu de mal à convaincre ses dirigeants quand Newcastle a mis 2,5 millions d'euros alors que le Milan AC et l'AS Rome s'étaient également penchés sur son cas. La L1 perd l'un de ses rares très bon spécialistes du poste.

MILIEUX :

YANN M'VILA (DE RENNES AU RUBIN KAZAN, 22 ANS, 22 SELECTIONS)

DPPI

M'Vila n'a pas encore l'âge pour un exil doré dénué d'intérêt sportif. Pourtant, c'est en Russie qu'il a choisi de poursuivre sa carrière. Certes, le Rubin Kazan a déjà participé à la Ligue des champions mais en terme d'exposition, le championnat russe n'est sans doute pas le meilleur point de chute possible. Un salaire compris entre 4 à 5 millions d'euros par an a fini par le convaincre. Rennes a récupéré 12 millions d'euros dans l'affaire, un bon deal compte tenu des affaires extra-sportives qui ont largement terni l'image du milieu de terrain international.

MOUSSA SISSOKO (DE TOULOUSE A NEWCASTLE, 23 ANS, 6 SELECTIONS)

L'OM a bien failli rafler le gros lot. Moussa Sissoko était très proche de Marseille mais ses prétentions financières ont fini par faire capoter l'affaire. Dès lors, seul le PSG et l'étranger semblaient capables de l'accueillir. Newcastle a saisi la balle au bond. Le TFC a lâché l'un de ses deux meilleurs éléments pour  2,5 millions d'euros. Une misère au regard du potentiel de l'international français. Mais comme il ne lui restait que six mois de contrat, le TFC n'avait pas vraiment le choix.

MICHEL BASTOS (DE LYON A SCHALKE 04, 29 ANS, 10 SELECTIONS EN EQUIPE DU BRESIL)

Son cas est légèrement différent puisque, lui comme Nene, a été poussé dehors par l'OL, soucieux d'alléger sa masse salariale. Son salaire ne lui permettait pas de rebondir en France et c'est à Schalke 04 qu'il a décidé de poursuivre sa carrière. La Ligue 1 perd son meilleur passeur (saison 2008-09) et l'un de ses tous meilleurs milieux de terrain.

NENE (DE PARIS A AL-GHARAFA, 31 ANS, CO-MEILLEUR BUTEUR DE LIGUE  EN 2011-2012)

Paris ne voulait plus de Nene, pourtant meilleur buteur et passeur du PSG l'an passé. Dans un effectif ultra concurrentiel, il n'était plus la priorité numéro 1 de Carlo Ancelotti. Le Brésilien, présent dans les équipes types de L1 lors des deux dernières saisons, est allé assurer son avenir du côté du Qatar. La dimension qu'il avait pris à Paris l'a rendu intouchable pour le reste de la L1. Pour lui comme pour les autres, l'exil est devenu la seule option.

ATTAQUANTS :

LOÏC REMY (DE MARSEILLE A QPR, 26 ANS, 17 SELECTIONS)

Reuters

Marseille a montré le chemin de la sortie à Rémy, pourtant l’un de ses éléments de base l'an dernier. Meilleur buteur des exilés qui ont quitté la L1 cet hiver (58 réalisations), Rémy est un métronome avec quatre saisons à plus de dix buts. Cruelle réalité pour la L1, il a préféré relever le challenge du maintien en Premier League que celui du titre en France. L'argument qui a fait pencher la balance : les 116 000 euros hebdomadaires proposés par QPR.

GUILLAUME HOARAU (DE PARIS A  DALIAN AERBIN, 28 ANS, 5 SELECTIONS)

Lui aussi est dans la force de l'âge mais, barré par la concurrence à Paris, il a choisi l'anonymat du championnat chinois. Là-encore, c'est le salaire qui a fait la différence (entre 4 et 5 millions d'euros) quitte à faire une croix sur ses ambitions sportives. A ces sommes-là, la L1 ne peut définitivement pas lutter.

REMPLAÇANTS :

Andre Luiz, Fabian Monzon (Fluminense), Mohamed Sissoko (Fiorentina), Jussiê (Al-Wasl), Yoan Gouffran (Newcastle)

  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×